11 novembre 2015

Le café Wepler en ébullition

Le 9 novembre dernier se tenait dans les locaux du mythique café Wepler de la Place Clichy, la remise du prix littéraire organisé par Marie-Rose Guarnieri de la librairie des Abbesses (ci-dessus à gauche) et la Fondation de la Poste. Le jury a choisi Pierre Sengès avec son roman "Achab (Séquelles)" aux Editions Gallimard et avec une mention spéciale, Lise Charles, pour son roman "Comme Ulysse" aux éditions POL.

Foule impressionnante de convives se pressant autour du buffet et dans un fond sonore abrutissant... Pas facile de dessiner dans ces conditions... mais tellement jouissif de croquer autant de modèles différents sous un décor des années trente  !

Marie-Rose Guarnieri, Lise Charle et le lauréat Pierre Sengès en plein discours.

Belle brochette de physionomies en tous genres et en mouvement...

Bel exercice de foule... Un vrai régal à dessiner ! Merci BLLILL !

10 novembre 2015

Petites et grandes misères au Palais (suite)

3° Chambre d'Assises. Jugement pour un crime,  rue Lauriston dans le 16° arrondissement, d'une femme de 70 ans, retrouvée morte dans la cour de son immeuble, suite à des coups, blessures et viol. L'enquête fait apparaitre que la victime, bien qu' élégante et sociable pharmacienne est alcoolique et atteinte du syndrome de Dyogène (maladie qui consiste à ne rien jeter dans sa vie et accumuler des objets jusqu'à conserver son urine et ses excréments). L'accusé, un jeune de 20 ans, lui aussi apparemment sans histoires, s'avère être violent. Onze jurés vont  donc juger ou non de sa culpabilité.

Verdict quelques jours plus tard : coupable de viol et de meurtre sans préméditation. 15 ans de réclusion. 
Il a une semaine pour faire appel.

6 novembre 2015

NaNoWriMo* et Halloween

La BPI de Beaubourg organisait le National Novel Writing Month 2015 auquel j'ai pu participer en tant que Urban Sketcher. Cet évènement consiste à écrire un roman de 175 pages en 1 mois. Le 31 octobre, 160 participants, en majorité des jeunes, étaient réunis pour commencer leur oeuvre. Costumés pour la nuit d'Halloween, le contraste entre leurs tenues et la rigueur du lieu était surprenant !

La compétition commençait à 0h pour se terminer au petit matin. Le 30 novembre, remise de leur manuscrit. Jusqu'à 3 h du matin, j'ai croqué sans relâche les participants, écouté leurs propos, capté leur concentration sur fond de "clics" dans la bibliothèque endormie.

Toutes les heures était l'occasion de faire une pause avec des challenges sur le nombre d
e mots écrits. Quantité plutôt que qualité était le maître mot. Au fur et à mesure que l'heure avançait, la fatigue se faisant sentir, chacun commençait à "éplucher" son déguisement, les maquillages se mettre à couler...

Pour moi aussi ce fut un challenge : réussir à retracer la fièvre du moment, capter les participants en mouvement, leur déguisement, leurs expressions. Un vrai moment de plaisir ! A refaire quand vous voulez, 
Mr B...
 Résultat dans le magazine N°19 de la BPI.