23 décembre 2016

Voyages à Paris dans les musées

Exposition "Machines à dessiner" au Musée des Arts et métiers. Une initiative insolite pour dessiner dans le noir les maquettes utopiques.

Le Louvre, département Antiquités Egyptiennes, salle 19. Une vraie mine. A voir et à revoir. Les animaux du panthéon. Avec Sophie et Blandine.



20 décembre 2016

Les amers délices du Palais


Jeudi 15 décembre, direction le Palais de Justice avec Sophie et Blandine. Séance à la Cour de Justice de la République. Branle-bas de combat dans la plus imposante salle du Palais, celle-la même où Marie-Antoinette a été jugée. Madame Lagarde, ex-ministre de l'Economie, est accusée de "négligence" pour ne pas avoir fait appel de la sentence arbitrale de 2008 dans l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais. Autrement dit, comment un détournement de fonds publics de 400 M€ dont 45M€ de préjudice moral au profit de Tapie est-il possible?


La Cour de Justice de la République ne juge que les membres d'un gouvernement pour des crimes ou délits commis dans l'exercice de leur fonction. Le dernier recours possible après le jugement est le pourvoi en cassation. Alors qu'un jugement en correctionnelle peut être renvoyé en cour d'appel, voire en cassation. Pourquoi donc les ministres ne sont-ils pas jugés pour des affaires de corruption autrement que les citoyens ordinaires ?... Badinter était favorable à la suppression de ce tribunal d'exception.


Pas moins de 15 juges - 6 députés et 6 sénateurs de gauche et de droite, plus 3 juges de la Cour de Cassation - sans compter les assistants et autres, siègent sous ces lambris majestueux. Un vrai ballet de "cols blancs"... et pas toujours blancs.
Ci-dessus, Jean-Claude Marin, procureur général, magistrat à polémiques : 
"les charges propres (?) à fonder une condamnation pénale de Christine Lagarde - Odette Lallouette de son nom de jeune fille, évidemment, Lagarde, même quand on est divorcée du Monsieur, ça sonne mieux !!!! - n'étaient pas réunies".


Suivront deux témoins de l'affaire pour éclairer les juges : François Pérol, Monsieur "Je ne sais pas Madame la Présidente" ou Monsieur "les choses sont simples..." et Claude Guéant, lui aussi mouillé jusqu'aux os. Affaires à suivre en correctionnelles. N'empêche que trois personnages-clés manquaient à ce grand rendez-vous, dont l'un avait été mis sous le tapis.
Et Lallouette s'est envolée vers Washington avant même de connaître le verdict.
Lundi 19 décembre : Madame Lagarde, passible de 15 000 € d'amende et de 1 an de prison, est coupable mais dispensée de peine et d'amende. Elle ne déposera pas de recours contre sa condamnation !

"Le Conseil d'Administration du FMI, dont elle est la directrice générale, lui a apporté un net soutien, exprimant sa pleine confiance dans sa capacité à assurer ses fonctions efficacement et louant son incroyable leadership." Quant au gouvernement français, "il lui a apporté toute sa confiance en estimant qu'elle assurait son mandat avec succès". 

La messe est dite, le grand bal des hypocrites s'est clos et moi j'ai rembarqué mes petits crayons à croquer ! Et en passant, joyeuses fêtes à tous et que ces affaires de basse-cour ne gâchent pas votre appétit pour la dinde et les marrons !

5 décembre 2016

Bobines au Musée de l'Homme

Petit tour avec mes élèves au Musée de l'Homme récemment refait... Peu de monde, l'effet de nouveauté de la réouverture passée. Un régal pour y croquer objets, animaux, bustes, camion et yourte mongole. Le tout en couleurs avec une vue imprenable sur la Tour Eiffel. Des bustes de toute beauté pour y croquer des visages de toute la terre... assise, au chaud et qui ne bougent pas. Bon exercice avant de passer au métro !




29 novembre 2016

Contes de la misère ordinaire au Palais

Une fois de plus, me voilà au Palais de Justice. Chambre correctionnelle. Pour les délits mineurs mais passibles d'emprisonnement. Hormis le fait que ce soit un endroit au chaud pour dessiner l'hiver, de surcroît assise, et que les sujets ne bougent pas trop, je ne me lasse pas de croquer tout ce monde sous des lambris chargés d'histoire. Pousser les portes et ne pas savoir ce que l'on va juger est toujours une surprise.

Pendant que se juge le sort d'un homme qui a injurié un chauffeur de la RATP, l'avocat d'une autre affaire regarde les cours de la Bourse sur son smartphone ! L'assistante (?) du juge, visage de madone, a l'air de s'ennuyer ferme.

Monsieur X est accusé de filmer sous les jupes des filles. Le bonhomme, la bonne cinquantaine, est dans tous ses états car sa vie privée est d'un seul coup mis en lumière sur la scène publique. Casier judiciaire vierge, comme lui d'ailleurs, il compense son manque en douce... Son avocate, assez convaincante, jouera la souffrance de l'homme pour lui éviter 1 an de réclusion demandée par le procureur. La prochaine fois, j'irai croquer la vaste salle des pas perdus avant que tout ce beau monde n'emménage dans les nouveaux locaux des Batignolles.

20 novembre 2016

Le Bon Marché, temple du luxe

En attendant mes "élèves", petit croquis de mise en jambes. C'est déjà l'effervescence de Noël, 
un 19 Novembre. 

L'architecture d'origine, avec sa grande verrière et ses colonnes blanches et dorées ont été préservées avec une touche contemporaine très luxe.


Les plus grandes marques s'y côtoient et les mises en scène de produits étonnantes voire sublimes. 



Pas si cheap, le magasin portant le nom de Bon marché !

7 novembre 2016

Après le Petit Palais, le Palais... de Justice

Direction les Référés, "procédures permettant de demander au juge qu'il ordonne des mesures provisoires mais rapides tendant à préserver les droits du demandeur. Un référé est très souvent introduit dans l'attente d'un jugement sur le fond et la formation de jugement peut être composée d'un juge unique." Quel rythme... cinq minutes maximum par affaire. Seul le juge m'a permis de pouvoir faire un dessin autrement que dans l'urgence !
Cours des pas perdus dans la "forteresse labyrinthique" du Palais.



Sortie du Palais sous un ciel bas avec point de vue sur le Tribunal de Commerce.

4 novembre 2016

Le Louvre inside et outside

Cette fois-ci, c'est moi qui ai participé à un stage. Grâce au remarquable talent pédagogique et artistique de Jérémy Soheylian, j'ai pu progresser dans l'approche de la lumière, comprendre les subtilités du cadrage, apprendre à synthétiser plus que dire, faire des choix... Bref, un coup de boost que je vous recommande chaudement !

Temps exceptionnel en cette fin du mois d'octobre. Admirable vue au soleil couchant sur le Louvre depuis la Conciergerie. Petite pause sur les quais depuis la rive droite, face au Pont Neuf.

Etude des ombres et lumières sur un tableau de Taunay, peintre paysagiste du XIXe siècle.
Pause sur les quais devant le Pont Neuf et la Conciergerie.

Le pavillon Richelieu

Petit croquis vite fait devant le Carousel avant de grimper au Louvre.

Rue Bailleul, à deux pas de l'agitation de la rue de Rivoli. Merci Jérémy !

31 octobre 2016

Le Petit Palais et la Fiac

Le Petit Palais était investi samedi 22 octobre par la Fiac. J'aime ce musée plus pour son jardin que pour ses œuvres. Néanmoins, le téléscopage entre les sculptures contemporaines et leur environnement classique créait des résonnances surprenantes et drôles.




28 octobre 2016

La dame de fer et ses admirateurs

Rendez-vous avec mes élèves de Boulogne pour cette fois "croquer" la Tour Eiffel. Petit repérage au préalable pour décortiquer un peu la chose... En fait, pas si difficile si que ça ne pourrait le paraître si on s'en tient à des modules simples, détaillés par la suite.



Et le plus intéressant, ce sont les touristes sur le Champ de Mars, butinant comme des abeilles autour du monument. J'ai passé une bonne heure, assise dans l'herbe à croquer ceux qui "selfiesent", ceux qui marchent, ceux qui vendent, ceux qui promènent le chien, etc... Un vrai exercice de personnages en mouvement.




3 octobre 2016

Exposition au Brésil

Dans le cadre des échanges des Urban sketchers, j'ai été invitée parmi 174 artistes, à participer à l'exposition "Regards croisés" . Vernissage le 9 octobre à Sao Paulo. Merci Ana de cette invitation et de l'organisation.


30 septembre 2016

L'Inde à Paris

Cap au Nord, rue Pajol dans le 18°. A l'occasion de la fête de Ganesh, j'ai eu l'occasion, avec Mat et Suta, de me plonger dans une ambiance haute en couleurs. Un petit bout d'Inde en plein Paris ! Pas facile de dessiner dans ce tohu-bohu, encore moins de sortir sa boite d'aquarelle ! Mise en couleurs donc a posteriori.






Et pour continuer dans "l'ailleurs", je suis aller croquer des danseurs lors d'un stage de danse Bollywood (http://www.triwat.org/). Accueil charmant des animateurs qui ont apprécié nos dessins. En tous cas un vrai challenge de dessiner en mouvement tout en musique. 



Il y a donc plein d'endroits dans la capitale pour explorer le monde... avec un ticket de métro !

19 septembre 2016

Une "vieille" piscine toute neuve

La piscine Molitor, vestige des années 20 et réhabilitée récemment, ouvrait exceptionnellement ses portes pour les Journées du Patrimoine. Quelle chance ! Après 20 ans de tergiversations administratives et économiques, le lieu a été classé par la mairie, tagués par les artistes pour finalement être cédé au groupe Accor qui en a fait un hôtel de luxe avec piscine et centre de remise en forme. Le moment d'y aller, non pas pour s'y baigner mais pour y croquer ! Après une bonne heure d'attente, nous sommes enfin rentrés. Ticket d'entrée gratuit au lieu des 185€ la journée ! Ce qui explique la longueur de la file d'attente ! Un petit croquis s'impose avec mes potes USK. Jaune tango et bleu Molitor pour ce lieu quasi mythique avec en prime des tags magnifiques dans quelques cabines. Ici le bassin d'hiver couvert.


Retour aux Serres d'Auteuil sous le soleil automnal.

16 août 2016

Helsinki la tranquille

En arrivant d'avion, on appréhende mieux la Finlande, territoire de 338 000 km2 composé d'une myriades d'îles vertes émergeant de la Baltique. C'est parti pour une semaine à Helsinki en compagnie de Pekka et Marja, nos hôtes finlandais.

Une nature omniprésente et encore préservée de la pollution.

Le premier jour, sous une pluie digne de la Normandie, destination la gare. Construite en 1919 en granite rose par l'architecte Eliel Saarinen. Ne pas confondre avec le fils, Eero, lui aussi architecte et designer de la fameuse chaise tulipe éditée par Knoll. Au loin, le restaurant en plein ciel ou comment manger à 50 m d'altitude sans avoir le vertige !

Accueil par deux paires de colosses portant des globes lumineux.... 
et pied chaussé design rencontré dans la gare.
On continue sur la place du Sénat et sa cathédrale luthérienne néo-classique construites par Engel en 1860. Aussi sobre extérieurement qu'intérieurement et toute en élégance. Juchée sur la place et toisant fièrement le Tsar Alexandre II en contrebas. NB : La Finlande ne s'est émancipée du joug russe qu'en 1917, après celle de la Suède. Un petit air de Saint-Petersbourg donc... A tel point qu'avant la chute du mur de Berlin, certains tournages de film s'y déroulaient.

Suite au prochain épisode...