30 décembre 2017

Amers délices du palais (chapitre 6)


Me voici cette fois à la Cour d'Appel pour un procès d'ordre professionnel. Une fois de plus, je me suis perdue dans le dédale de Minotaure... Bien qu'ayant un plan, le parcours est semé d'embûches. Les panneaux, très nombreux, ne sont pas toujours explicites. Les gendarmes et autres fonctionnaires travaillant au Palais eux-mêmes ne s'y retrouvent pas toujours. J'ai néanmoins retrouvé mon chemin au bout d'un couloir désert grâce à une secrétaire bien intentionnée.

Je suis allée la-bas car les nouveaux locaux Batignolles ouvriront en avril 2018. Fini les dorures et autres lambris du passé.


L'ambiance qui règne est toujours l'ennui... Pour les gendarmes comme pour les juges. Pas les avocats ! Après des années de procédure, et pour des faits contestés et contestables, la Cour semble transpirer l'exaspération...



5 décembre 2017

Les tropiques en hiver

Déjà 2 ans que j'ai dessiné aux Serres d'Auteuil.... J'avais déjà compris que s'il l'on veut dessiner de la verdure sans que cela ressemble à un plat d'épinards, il faut VRAIMENT différencier les verts, quitte à ce que ne soit plus vraiment la réalité. J'avais plus "peint" que dessiné.

Petit exercice personnel avant mon cours du lendemain sur les verts. Pas très convainquant bien que je me sois appliquée à choisir mes végétaux dans un cadrage serré, différencier les verts des différentes plantes, dessiner mes végétaux-vedette au feutre, ajouter des complémentaires (rouge en l'occurence) pour éviter la monotonie et dessiner une amorce de structure qui donne un peu de vigueur à l'ensemble. Le "gommage" du fond de verdure n'est pas très réussi... bourbeux même.

Me voilà mieux avec ce dessin. La lumière dans cet angle était fabuleuse : accentuant naturellement la différence des verts bleus ou jaunes. Une amorce de structure en arrondi était la bienvenue suggérant un environnement plus large. L'utilisation du orange du palmier faisait chanter les verts et bleus. L'utilisation du chaud-froid alternativement dans les plans, préconisé par Marion, était une bonne solution pour différencier les plans. Et un peu de feutre donnait un peu de définition à certains éléments et donc "un peu de nerf". Bref, J'espère que

24 novembre 2017

L'Auvergne en ébullition

Rendez-vous au Festival du Carnet de Voyages de Clermont-Ferrand le 18 Novembre. Echappée (belle ?) dans le Clermont historique. L'église romane Notre-Dame du Port est magnifique. Mais pas facile à dessiner avec ses imbrications de volumes. Un périlleux exercice d'architecture qui fait la farce mais totalement faux ! J'ai délibérément ajouté quelques touches de couleurs sans tenir compte des volumes. Et pour finir, ajouté un brin de calligraphie, exercice oblige !

Assise le long de la voie du tramway, vue sur la cathédrale toute de noir vêtue et du clocher de Notre-Dame du Port. Temps bas, lumière plate...

Et pour finir en musique, en attendant mon train de retour, une femme, elle aussi revenant du Festival, joue de l'accordéon. Chacun sa passion ! Certains tuent le temps en musique, d'autres avec le crayon !

10 novembre 2017

Dr Sketchy's acte 2

Les séances de Dr Sketchy's sont toujours pour moi un émerveillement. Costumes très colorés, mises en scènes sophistiquées, lieux étonnants, bref un vrai régal. Cette fois-ci c'était à Pompidou et le thème, "Nuits fauves". J'en redemande ! Attention, les places se réservent à la vitesse de la lumière !

15 minutes chaque pause ne laisse vraiment pas beaucoup de temps pour s'attarder sur les détails...
J'ai remis les couleurs plus tard car les musées ne tolèrent pas les techniques humides.... Donc adieu aquarelle, débrouillez-vous avec vos crayons... même si le thème est la couleur !







7 novembre 2017

En avant la musique, acte 4

On continue en musique... et sous la pluie, ce jour de novembre. On s'attaque maintenant à l'Opéra Bastille. Quel morceau ! Construit par Carlos Ott, un jeune architecte uruguayen et canadien, il fut inauguré par Mitterrand en 1989. Très controversé... Et pour cause ! Traité à l'époque d'hyppopotame dans sa baignoire,  moi je le surnomme le bunker ! 




L’urgence de la livraison pour être prêt pour le bicentenaire de la révolution a conduit à des raccourcis coûteux pour la suite. L’État a engagé un procès pour malfaçon en 1991 contre les entrepreneurs en raison de la dégradation très rapide de la façade du bâtiment. Une dalle était tombée en 1990 et avait nécessité la pose de 5 000 m2 de filets de sécurité pour 530 000 eurosAvec la vétusté dûe au temps, les besoins du bâtiment pour les mises aux normes, notamment incendie, vont encore nécessiter 12 millions d’euros.
L’histoire se répète avec la Philharmonie… Budget explosé, malfaçons en raison de l’urgence de la date de livraison, etc.

Curieux et intéressant amalgame entre cette forteresse et son environnement.

1 novembre 2017

Rome la sublissime. J 5. 16 Octobre

Derniers repérages. Piazza del Campidoglio. L'une des plus belles places de Rome. Imaginée par Michel-Ange et commandée par Paul III qui voulait donner une place digne de recevoir les têtes couronnées au XIV e siècle. Elle est donc rectangulaire, décorée d'un pavement géométrique et de statues qui dentellent les toits des palais (le palais des sénateurs et les 2 palais jumeaux de part et d'autres, le palais des Conservateurs et le palais Neuf qui abrite aujourd'hui le musée capitolini).


Isa à la tâche... Et moi, toujours mon problème de verticales !!!!! Domani, nous partons à l'aube.
Ciao Roma... mais ce n'est qu'un au revoir ! Rendez-vous en mai avec les stagiaires.

29 octobre 2017

Rome la sublissime. J 5 15 Octobre

Dimanche matin, direction le marché aux puces, à la Piazza Porta Portese. Nous trouvons des vieux papiers en italien qui nous servirons pour nos collages ! Puis direction les berges du Tibre, rive gauche, pour y croquer à l'ombre l'Isola Tiberina, la seule île de Rome. Bien installées face au pont Cestio qui la relie au Trastevere, nous y croquons aussi nos sandwiches ! Cette île ne fut habitée qu'au Moyen-Age, auparavant inhabitée en raison des violentes crues du Tibre. A l'époque romaine, un temple dédié à Esculape y fut édifié et c'est maintenant un grand hôpital qui occupe la plus grande partie.


Nous finirons la journée, au crépuscule, au Palais Barberini, non loin de la Piazza Di Spagna.

27 octobre 2017

Rome la sublissime. J 3. 14 Octobre.

Rendez-vous pris avec les sketchers romains, Giovanni, Massimo et Rosy, Piazza San Ignazio de Loyola, non loin du Corso. Cette place toute en courbes baroques évoque un théâtre à l'italienne du XVIII e siècle dont la scène serait le parvis de l'église et les balcons et loges, les édifices qui l'entourent. Exercice périlleux de perspective en courbes.





Les 2 artistes dans l'église San Ignazio, sous le majestueux plafond en trompe-l'œil décorant la voûte centrale de l'abside. L'illusion d'une coupole est saisissante.
Le soir, activité nocturne créative.... Sur la via dei Foro Imperiali, nous voilà à 4 pattes pour faire du "brush rubbing" sur les stèles d'Auguste et les plaques d'égoût marqués SPQR (emblème de l'empire romain Sénatus Populusque Romanus et signifiant : les sénateurs et le peuple romains). Collages en perspective...



25 octobre 2017

Rome la sublissime. J2. 13 Octobre.


Repérage du parcours le soir, à la torche, puisque nous logeons dans une... quasi grotte !


Nous nous atellons, sur la Piazza Venezia, au monument à Vittorio Emmanuele II (1885), édifié en son hommage mais aussi pour l'unité italienne. Il est surnommé par les romains "la machine à écrire" ou "le gâteau de la mariée". Et quel morceau à dessiner !!!! J'en perd mes verticales !



On continue par deux gros morceaux aussi.... Le Colosseo !... mais le soir, ce qui illumine tout de façon spectaculaire. La construction fut commencée par  Vespasien en 72 AP. JC., inauguré par son premier fils Titus en 80 AP. JC. et achevé par Domitien en 82 AP. JC.
C'est le plus grand amphithéâtre romain : hauteur 50 m, 4 étages, 160 arcs, 527 m de circonférence et une capacité de 50 000 personnes ! L'entrée était gratuite et les jeux financés par les magistrats et les empereurs pour s'acheter les faveurs du peuple. Chacun était placé selon son rang, les dignitaires en bas et le peuple plus haut, tandis que les femmes étaient reléguées sur les gradins les plus élevés ! Les combats de gladiateurs se terminèrent sous Constantin, l'empereur qui se convertit au christianisme au III e siècle AP. JC.


Et pour finir cette chaude journée, l'Arc de Constantin, en plein contrejour. Il fut érigé par Constantin en 315 AP. JC. pour célébrer sa victoire sur Maxence.  



Retour a la kasbha, fourbues.

23 octobre 2017

Rome la sublissime. J1.12 Octobre


Premiers repérages pour le stage à Rome avec Isabelle, prévu en mai. Le marathon commence ! Passage au somptueux Palais Mattei puis dans l'ancien ghetto (1555-1870), non loin de la synagogue. Nous y rejoignons Maria avec qui nous dessinerons la journée.

Le fronton du restaurant, via del Portico, est un reste du monument qu'Auguste fit édifier en hommage à sa sœur Ottavia en 23 AV. JC.




Direction Piazza Navone et les magnifiques sculptures du Bernin. La principale "La fontana dei quattro fiumi" comporte 4 statues allégoriques symbolisant les 4 continents. 



Et pour finir la journée après quelques kilomètres, direction Le campo dei Fiori. L'une des rares places de Rome ne comportant pas d'églises! Ce fut d'abord un champ de fleurs puis un lieu d'éxécutions publiques où Giordano Bruno, déclaré hérétique, y fut brûlé en 1600.
Heureuse surprise à la tombée de la nuit avec un violoncelliste de talent, Fabio Cavaggion.


10 octobre 2017

Boulogne du nord au sud

Je continue mon périple boulonnais... au marché Escudier. Mon fleuriste préféré, non pour ses fleurs... mais pour sa gouaille ! Toujours l'œil frétillant et le verbe haut !

En face du café, à l'intérieur du marché, position confortable pour dessiner !

Puis direction le grand Sud... à la Seine Musicale. Autre ambiance, autre décor futuriste. L'auditorium ressemble d'ailleurs à une grosse mandarine de verre !

A suivre....

8 octobre 2017

D'un jardin à l'autre


En ce mois d'octobre, on dirait l'été. Temps pour flâner aux jardins. Petit exercice avec le Carousel du Louvre en attendant de dessiner ceux de Rome !


Idem pour les magnifiques statues des Tuileries qui ponctuent ce jardin bien rectiligne.

Et pour finir, direction Musée Bourdelle, où trône dans le jardin, la statue du Général Alvear . Petite pause bien méritée après mon cours de croquis avec... 11 stagiaires !