29 octobre 2017

Rome la sublissime. J 5 15 Octobre

Dimanche matin, direction le marché aux puces, à la Piazza Porta Portese. Nous trouvons des vieux papiers en italien qui nous servirons pour nos collages ! Puis direction les berges du Tibre, rive gauche, pour y croquer à l'ombre l'Isola Tiberina, la seule île de Rome. Bien installées face au pont Cestio qui la relie au Trastevere, nous y croquons aussi nos sandwiches ! Cette île ne fut habitée qu'au Moyen-Age, auparavant inhabitée en raison des violentes crues du Tibre. A l'époque romaine, un temple dédié à Esculape y fut édifié et c'est maintenant un grand hôpital qui occupe la plus grande partie.


Nous finirons la journée, au crépuscule, au Palais Barberini, non loin de la Piazza Di Spagna.

27 octobre 2017

Rome la sublissime. J 3. 14 Octobre.

Rendez-vous pris avec les sketchers romains, Giovanni, Massimo et Rosy, Piazza San Ignazio de Loyola, non loin du Corso. Cette place toute en courbes baroques évoque un théâtre à l'italienne du XVIII e siècle dont la scène serait le parvis de l'église et les balcons et loges, les édifices qui l'entourent. Exercice périlleux de perspective en courbes.





Les 2 artistes dans l'église San Ignazio, sous le majestueux plafond en trompe-l'œil décorant la voûte centrale de l'abside. L'illusion d'une coupole est saisissante.
Le soir, activité nocturne créative.... Sur la via dei Foro Imperiali, nous voilà à 4 pattes pour faire du "brush rubbing" sur les stèles d'Auguste et les plaques d'égoût marqués SPQR (emblème de l'empire romain Sénatus Populusque Romanus et signifiant : les sénateurs et le peuple romains). Collages en perspective...



25 octobre 2017

Rome la sublissime. J2. 13 Octobre.


Repérage du parcours le soir, à la torche, puisque nous logeons dans une... quasi grotte !


Nous nous atellons, sur la Piazza Venezia, au monument à Vittorio Emmanuele II (1885), édifié en son hommage mais aussi pour l'unité italienne. Il est surnommé par les romains "la machine à écrire" ou "le gâteau de la mariée". Et quel morceau à dessiner !!!! J'en perd mes verticales !



On continue par deux gros morceaux aussi.... Le Colosseo !... mais le soir, ce qui illumine tout de façon spectaculaire. La construction fut commencée par  Vespasien en 72 AP. JC., inauguré par son premier fils Titus en 80 AP. JC. et achevé par Domitien en 82 AP. JC.
C'est le plus grand amphithéâtre romain : hauteur 50 m, 4 étages, 160 arcs, 527 m de circonférence et une capacité de 50 000 personnes ! L'entrée était gratuite et les jeux financés par les magistrats et les empereurs pour s'acheter les faveurs du peuple. Chacun était placé selon son rang, les dignitaires en bas et le peuple plus haut, tandis que les femmes étaient reléguées sur les gradins les plus élevés ! Les combats de gladiateurs se terminèrent sous Constantin, l'empereur qui se convertit au christianisme au III e siècle AP. JC.


Et pour finir cette chaude journée, l'Arc de Constantin, en plein contrejour. Il fut érigé par Constantin en 315 AP. JC. pour célébrer sa victoire sur Maxence.  



Retour a la kasbha, fourbues.

23 octobre 2017

Rome la sublissime. J1.12 Octobre


Premiers repérages pour le stage à Rome avec Isabelle, prévu en mai. Le marathon commence ! Passage au somptueux Palais Mattei puis dans l'ancien ghetto (1555-1870), non loin de la synagogue. Nous y rejoignons Maria avec qui nous dessinerons la journée.

Le fronton du restaurant, via del Portico, est un reste du monument qu'Auguste fit édifier en hommage à sa sœur Ottavia en 23 AV. JC.




Direction Piazza Navone et les magnifiques sculptures du Bernin. La principale "La fontana dei quattro fiumi" comporte 4 statues allégoriques symbolisant les 4 continents. 



Et pour finir la journée après quelques kilomètres, direction Le campo dei Fiori. L'une des rares places de Rome ne comportant pas d'églises! Ce fut d'abord un champ de fleurs puis un lieu d'éxécutions publiques où Giordano Bruno, déclaré hérétique, y fut brûlé en 1600.
Heureuse surprise à la tombée de la nuit avec un violoncelliste de talent, Fabio Cavaggion.


10 octobre 2017

Boulogne du nord au sud

Je continue mon périple boulonnais... au marché Escudier. Mon fleuriste préféré, non pour ses fleurs... mais pour sa gouaille ! Toujours l'œil frétillant et le verbe haut !

En face du café, à l'intérieur du marché, position confortable pour dessiner !

Puis direction le grand Sud... à la Seine Musicale. Autre ambiance, autre décor futuriste. L'auditorium ressemble d'ailleurs à une grosse mandarine de verre !

A suivre....

8 octobre 2017

D'un jardin à l'autre


En ce mois d'octobre, on dirait l'été. Temps pour flâner aux jardins. Petit exercice avec le Carousel du Louvre en attendant de dessiner ceux de Rome !


Idem pour les magnifiques statues des Tuileries qui ponctuent ce jardin bien rectiligne.

Et pour finir, direction Musée Bourdelle, où trône dans le jardin, la statue du Général Alvear . Petite pause bien méritée après mon cours de croquis avec... 11 stagiaires !

2 octobre 2017

En avant la musique !


Séance avec le groupe de Simon pour une série sur partitions. L'Opéra Garnier sous ses différentes coutures.

Ici, la danse de Carpeaux. Une farandole tournoyante de femmes encerclant le génie. Le public de l'époque, vers 1863, fut choqué par le réalisme des nus féminins, jugés inconvenants : une bouteille d'encre fut même jetée contre le groupe sculpté, dont l'enlèvement fut demandé. Mais la guerre de 1870, puis la mort de Carpeaux, mirent fin à la polémique.